Carton rouge pour Douglas

Oslo éditions – 2014 – 110 pages – Série « La Bande des Pommiers »

Pour les enfants de 8 à 11 ans

Ce roman est le cinquième de la série de « La Bande des Pommiers«  mais vous pouvez le lire même si vous ne connaissez pas les autres tomes, chaque histoire étant indépendante.

 

Les thèmes :

football – relations filles/garçons – place des filles dans la société – bande de copains

L’histoire :

Magali et Pauline adorent jouer au foot à la récréation. Mais Douglas prétend que les filles sont « nulles en foot » et leur interdit de disputer des matchs avec les garçons.

Les deux amies sont furieuses et décident de monter une équipe féminine qui tiendra tête à Douglas et ses copains.

Mais vont-elles trouver des filles assez motivées et compétentes pour jouer au foot aussi bien que les garçons ?

 

Un extrait :

« – La question, ce n’est pas d’avoir été bon ou mauvais. Simplement, on ne veut plus de filles dans les matchs.

– Plus de filles dans les matchs ? s’exclame Pauline, aussi stupéfaite que moi. Et… on peut savoir pourquoi ?

C’est Douglas qui répond. Comme il est plus petit que nous, il doit se dresser sur la pointe des pieds pour nous regarder droit dans les yeux, en criant :

– Parce que les filles sont nulles en foot ! De vrais boulets qui n’arrivent jamais à rien !

Puis il ajoute, en passant son bras autour de l’épaule de Kévin :

– D’ailleurs, à la télé, dans les vrais matchs, il n’y a que des hommes. Le foot, c’est pour les hommes !

Et tous les deux se regardent en souriant, d’un air crâneur qui me met en rage. »

 

Les autres romans de la série « La Bande des Pommiers » :

 

Je suis l’aîné et je ne peux compter sur personne

 

Oskar éditeur – 2014 – 139 pages

Pour les enfants de 9 à 13 ans

 

– Les thèmes :

Relations grand-mère/petits-enfants – relations frères/sœur – deuil – résilience – animal magique

– L’histoire :

À la mort de leur maman, Aurélien, Bérénice et Corentin sont recueillis par leur grand-mère, Tatiana. Le problème, c’est que celle-ci est généreuse. Trop généreuse ! Elle passe son temps à aider les gens du quartier et oublie de s’occuper de ses petits-enfants. Sur qui retombent alors toutes les corvées ? Sur Aurélien, l’aîné, qui en a gros sur le cœur.

Mais un jour, arrive Cardamine, une stupéfiante petite souris. Non seulement elle sait écrire des messages aux enfants avec ses pattes mais surtout, elle va être capable de les aider dans des situations difficiles et même dangereuses…

 

– Les ingrédients de cette histoire :

- Trois enfants (Aurélien, Bérénice et Corentin) de 11 ans, 7 ans 1/2 et 3 ans, ébranlés par la mort de leur mère (les parents ont divorcé deux ans plus tôt et le père est parti travailler en Afrique, coupant les ponts avec sa famille).
- Une grand-mère excentrique, Tatiana (elle refuse qu’on l’appelle « mamie » parce qu’elle trouve que ça fait « vieillarde ») qui n’hésite pas à accueillir chez elle ses trois petits-enfants. Mais elle est tellement généreuse qu’elle passe ses journées à aller aider les gens du quartier en difficulté, oubliant de récupérer les petits à la garderie, de rentrer à temps pour préparer les repas, de faire la lessive, etc., bref, de gérer le quotidien d’une famille.
- Une petite souris magique (qui annonce elle-même qu’elle s’appelle Cardamine). Elle est capable :

* d’entrer et sortir de sa cage à sa guise pour mener sa vie.

* d’écrire aux enfants de mystérieux messages avec ses pattes.

* de donner dans ces messages de précieuses instructions pour aider les enfants à se sortir de situations difficiles.

Bizarrement, les messages de cette souris magique exhalent le parfum qu’utilisait la maman. La petite bête serait-elle envoyée par celle-ci, depuis l’au-delà, pour soutenir les enfants désemparés ?

- Un ami de la grand-mère, Léon, qui est aussi son « amoureux transis ». Il lui apporte des bouquets, et aussi des poèmes d’amour glissés dans de jolies enveloppes. Il est solide, attentif et bienveillant à l’égard des enfants.

- Un assortiment de « paumés », bons ou mauvais, qui viennent pimenter et parfois même menacer la vie quotidienne de Tatiana… et donc celle d’Aurélien, Bérénice et Corentin.

 

– Un extrait  :

« Bérénice, qui n’avait pas encore desserré les dents, a sifflé :
– Super ! Je te remercie. À cause de toi, on s’est fait gronder. Séverine va être en retard à son cours de salsa…
– Et son zamoureux l’est pas content, a ajouté Corentin, boudeur, montrant la voiture qui s’éloignait en faisant crisser ses pneus.

Une grosse bouffée de colère m’est montée à la gorge. J’essayais d’arranger les choses et voilà comment mes frère et sœur me remerciaient !

J’ouvrais la bouche pour répliquer vertement quand j’ai vu les larmes couler sur les joues de Bérénice. Ma fureur est retombée aussitôt et j’ai senti ma bouche trembler. J’avais bien envie de pleurer, moi aussi. Mais voilà, j’étais l’aîné et, si je ne tenais pas le coup, nous allions tous nous effondrer. »

Papy est un rebelle

 

Oskar éditeur – 2013 – 116 pages

Pour les enfants de 8 à 11 ans

 

Les thèmes :

relation intergénérations, chorale, maison de retraite, amour.

 

L’histoire :

Joseph, l’arrière-grand-père de Juliette, ne fait rien comme tout le monde et ne se plie pas volontiers aux règlements.

Aussi, lorsque sa santé l’oblige à partir en maison de retraite, toute la famille craint le pire. Jamais il ne réussira à s’adapter ! Juliette, qui adore son papy, cherche des idées pour l’aider.

Mais la meilleure idée, ce n’est pas elle qui l’aura et ce sera une énorme surprise…

 

Un extrait :

« J’adore Papy, mon arrière-grand-père. C’est lui qui m’a appris à jouer de l’harmonica, à lire des poèmes en mettant le ton, à reconnaître vingt-trois sortes de fromages les yeux fermés, à entonner des chansons en canon, à dessiner des animaux sans les décalquer, à stopper un hoquet en buvant à l’envers, à organiser des courses de limaces dans son jardin et plein d’autres choses encore.

Quand il a eu un accident cérébral et qu’il a été hospitalisé d’urgence, j’ai paniqué. Il avait presque 91 ans, allait-il s’en sortir ? »

Pas de chouchous pour Myrtille

Oslo éditions – 2013 – 70 pages – Série « La Bande des Pommiers »

Pour les enfants de 8 à 11 ans

Ce roman est le quatrième de la série de « La Bande des Pommiers » mais vous pouvez le lire même si vous ne connaissez pas les autres tomes, chaque histoire étant indépendante.

 

Les thèmes :

bande de copains – vêtements – relation mère-fille.

L’histoire :

Myrtille n’en peut plus d’être habillée comme une poupée. Elle aimerait tant porter des jeans comme ses copines ! Mais comment s’opposer à sa mère qui choisit tout pour elle ?

Un jour, elle croit avoir trouvé l’idée géniale qui lui permettra enfin de se faire entendre. Il ne reste plus qu’à agir…

 

  • Ce livre avait été édité précédemment par Rageot sous le titre « Myrtille n’en fait qu’à sa tête ».

 

Un extrait :

« Si je porte des chaussettes en dentelle, c’est parce que maman trouve ça « si mignon ». Si je suis des cours de danse classique, c’est que maman aurait tant aimé virevolter en tutu quand elle était petite. Si tous les livres de la comtesse de Ségur sont alignés dans ma bibliothèque, c’est que maman m’a donné les siens ; elle les a adorés lorsqu’elle était enfant. De vieux bouquins jaunis, avec des couvertures moches et tristes… Et c’est son nom qui est écrit à l’intérieur ! »

 

Les autres romans de la série « La Bande des Pommiers » :

Douze ans, l’âge d’être sorcier

Oskar éditeur – 2012 – 244 pages

Série « Incroyable sorcier », tome 4

Pour les enfants de 9 à 13 ans

 

Les thèmes :

magie – chat – responsabilité – exploitation d’un talent – relations élève/professeur – intrigue policière.

 

L’histoire :

La vie d’Antoine, apprenti sorcier, n’est pas de tout repos mais elle se complique encore le jour où Sarah, sa meilleure amie, prévoit une catastrophe… qui se produit.

Serait-il possible qu’elle aussi ait un don magique ? Antoine a bien du mal à admettre que quelqu’un d’autre que lui puisse avoir des pouvoirs…

Pourtant, il a juré d’aider son amie et, comme il se découvre lui-même un nouveau don (celui de guérir les gens), il se pourrait que Sarah et lui fassent équipe, pour le meilleur et pour le pire !

 

Un extrait :

« Bien sûr que Sarah avait un don ! Au fond, je le savais depuis qu’elle avait glissé la bague à son doigt.

– D’accord, mon chat, ai-je soupiré, tu as raison.

Nicéphore a eu la bonté de ne pas insister. Il a poursuivi :

… don lié au tien… dans certains cas, tu pourras modifier ses visions…

– Hein ? Tu veux dire modifier l’avenir ?

… oui…

– Dans quels cas ?

… pour le bien d’autrui…

“Pour le bien d’autrui” ! Et voilà, j’en étais sûr ! Il ne serait pas question de profiter des éventuelles visions de ma copine pour gagner au Loto, par exemple, ou profiter de quelque chose avant tout le monde. Je ne serais là que pour rattraper des situations dramatiques ou rectifier des injustices. Je serais une sorte de pompier de l’avenir et mon intérêt personnel pourrait toujours attendre ! »

 

Les trois tomes précédents :

1 : Moi, sorcier en neuf leçons

 

2 : Pas facile d’être sorcier !

 

3 : Secrets de sorcier

Lucie n’aime pas la ragougnasse

Oslo éditions – 2012 – 99 pages – Série « La Bande des Pommiers »

Pour les enfants de 8 à 11 ans

Ce roman est le troisième de la série «  La Bande des Pommiers  » mais vous pouvez le lire même si vous ne connaissez pas les autres tomes, chaque histoire étant indépendante.

 

Les thèmes :

bande de copains – nourriture – cantine – goûts – relation à l’autorité – relations intergénérations.

L’histoire :

La « ragougnasse », pour Lucie, c’est tous les aliments qu’elle déteste.

Dans cette histoire, elle va essayer différentes ruses pour ne pas avaler la « ragougnasse » qu’Odette, la dame de la cantine, lui met dans son assiette.

Heureusement que ses copains sont là pour l’aider !

 

  • Ce livre avait été édité précédemment par Rageot sous le titre « Vivement le dessert ! ».

 

Un extrait :

« – (…) Je ne veux pas avaler ça ! dis-je, désespérée.

– Colle-le sous ton assiette , me suggère Maxime.

J’ai horreur de faire des trucs aussi répugnants, mais je n’ai pas le temps de réfléchir à une autre solution. Là-bas, Odette se redresse, elle a presque fini de nettoyer. Elle me jette un regard qui semble dire : « Dépêche-toi, je reviens ! »

Alors, je n’hésite plus. Pendant qu’elle va ranger son matériel, je fais glisser le reste de poisson sur la table et je l’écrabouille sous mon assiette. Ni vu ni connu… »

 

Les autres romans de la série « La Bande des Pommiers » :

Un vrai zoo pour Clément !

Oslo éditions – 2012 – 112 pages – Série « La Bande des Pommiers »

Pour les enfants de 8 à 11 ans

Ce roman est le deuxième de la série « La Bande des Pommiers » mais vous pouvez le lire même si vous ne connaissez pas le premier tome, chaque histoire étant indépendante.

 

Les thèmes :

bande de copains – animaux – solidarité – relations intergénérations – citoyenneté.

L’histoire :

Mamie Réglisse (une vieille dame du quartier, que tout le monde adore) se casse la jambe. D’urgence, il va falloir prendre en charge la ribambelle de plantes et d’animaux qui vit chez elle.

Clément ne peut pas les recueillir car son père s’y oppose. Mais il va veiller à ce que tout ce petit monde soit bien installé chez ses copains. Et ce ne sera pas facile !

 

  • Ce livre avait été précédemment édité par Rageot, sous le titre « Clément cherche la petite bête ».

 

Un extrait :

« – Oh, papa ! Les chenilles ? Ou l’escargot ? Ils sont enfermés dans un vivarium. Je les mettrai dans ma chambre, tu ne les verras même pas…

– J’ai dit non, c’est non ! Je sais comment cela se passe. On accepte un escargot dans un bocal et on se retrouve avec une mygale dans son lit.

– Pfff ! Il n’y a pas de mygale…

Je m’apprête à insister. Mais la lassitude me saisit. Je sais que papa ne cédera pas. Autant sauver ce qui peut l’être. Et j’ai ma petite idée à ce sujet. »

 

Les autres romans de la série « La Bande des Pommiers » :

Elliot peut mieux faire !

Oskar éditeur – 2011 – 152 pages

Pour les enfants de 9 à 13 ans

 

Les thèmes :

échec scolaire – stress à l’école – relation père/fils – épanouissement d’un talent – Naissance d’un roman.

 

L’histoire :

Elliot est un élève moyen… qui aime plus jouer que travailler ! Mais son père, qui n’a pas pu faire d’études, veut que son fils devienne médecin. De peur de le décevoir, Elliot lui laisse croire que c’est aussi son rêve.

À l’entrée en CM2, le père décide de prendre les choses en main : finie la rigolade ! Il va falloir TRAVAILLER ! Le stress devient insupportable pour Elliot. C’est la dégringolade, la perte de confiance en soi et le début d’une vie de mensonge et de désespoir.

Qui pourra l’aider à s’en sortir ?

 

En annexe, à la fin du livre, je raconte dans un journal de bord la naissance de ce roman.

J’y dévoile mes « petits secrets » pour faire naître un personnage, une intrigue. J’y explique aussi mes doutes et mes trouvailles.

Bref, c’est l’écriture comme si vous y étiez !

 

Un extrait :

« – Dis-moi, Elliot, est-ce que ça te plairait, plus tard, d’être médecin ?

J’avais cinq ans, je ne connaissais rien à la vie, que vouliez-vous que je réponde ? J’ai dit : « Oui, pourquoi pas ? » Et j’étais si content, ce jour-là, de faire plaisir à mon papa qui avait tant souffert et qui comptait sur moi.

Je venais de me faire moi-même prisonnier mais j’étais trop petit pour le comprendre. »

Secrets de sorcier

Oskar éditeur – 2010 – 256 pages

Série « Incroyable sorcier », tome 3

Pour les enfants de 9 à 13 ans

 

Les thèmes :

magie – chat, responsabilité – exploitation d’un talent – relations élève/professeur – intrigue policière.

L’histoire :

Depuis ses douze ans, Antoine possède un don prodigieux : celui d’entendre les pensées des autres. Il rêve de devenir policier et voudrait aider le commissaire Vincennes dont la mère a disparu. Il y a urgence car la vieille dame, atteinte de la maladie d’Alzheimer, est en danger.

En consultant le grimoire de ses ancêtres, Antoine découvre le mode d’emploi pour retrouver une personne disparue. Il n’hésite pas et, aidé des conseils de son chat Nicéphore, aussi sorcier que lui, il va essayer de localiser madame Vincennes…

 

Un extrait :

« Quand je suis arrivé à la maison, mon chat Nicéphore est venu m’accueillir en se frottant contre mes jambes. Ah, Nicéphore, mon guide dans le monde magique ! Je n’ai pas eu besoin de lui raconter ma journée, il savait déjà tout. Et, comme d’habitude, je n’ai eu aucun effort à faire pour entendre ses pensées :

… tu voudrais aider le commissaire ?… retrouver sa mère ?…

– Oui ! Bien sûr ! me suis-je exclamé. Parce que… tu penses que je pourrais ? Monsieur Vincennes semblait dire qu’oncle Fulbert y arrivait.

… peux y parvenir, oui… moment est peut-être venu… un peu jeune mais tant pis… »

 

Les autres tomes :

1 – Moi, sorcier en neuf leçons

2 – Pas facile d’être sorcier !

4 – Douze ans, l’âge d’être sorcier

Pas facile d’être sorcier !

Oskar éditeur – 2009 – 206 pages

Série « Incroyable sorcier », tome 2

Pour les enfants de 9 à 13 ans

 

Les thèmes :

magie – chat – responsabilité – exploitation d’un talent – relations élève/professeur – intrigue policière.

 

L’histoire :

Antoine possède depuis peu un don prodigieux, celui d’entendre les pensées des autres, en pressant ses pouces contre ses index. Mais un jour, il se brûle la main droite et son pouvoir disparaît.

Prêt à tout pour récupérer ce précieux pouvoir, il ne compte pas ménager ses efforts. Malheureusement, le temps presse car, d’après le grimoire de ses ancêtres, il n’a droit qu’à 24 heures pour récupérer son don.

Trouvera-t-il la solution à temps ou va-t-il redevenir un garçon « ordinaire » ?

 

Un extrait :

« Désespéré, je fixais ma main avec horreur. Comment un tel gâchis était-il possible ?

Quelques semaines plus tôt, j’avais reçu le don d’entendre les pensées, ce talent m’avait donné des possibilités incroyables, que je commençais juste à maîtriser. Mais il avait aussi entraîné des obligations, celle d’être honnête et généreux, celle de faire profiter les autres de mon don. Cela m’avait demandé beaucoup d’efforts. Et je m’étais donné tout ce mal pour rien ? C’était déjà fini alors que, quelques heures auparavant, un avenir plein de possibilités s’offrait à moi ?

J’avais l’impression d’être tombé au fond d’un trou noir, où rien d’intéressant ne pouvait plus m’arriver. Ma vie allait redevenir celle d’un garçon ordinaire, sans talent particulier. Désespérément moyen en tout ! »

 

Les autres tomes de la série :

1 – Moi, sorcier en neuf leçons

 

3 – Secrets de sorcier

 

4 – Douze ans, l’âge d’être sorcier