Racket à la tour Eiffel

Oskar éditeur – 2019 – 115 pages – Série « Les enquêtes de Ninon et Paul

Pour les enfants de 8 à 11 ans et plus

Ce roman fait partie de la série «Les enquêtes de Ninon et Paul». Il peut être lu même si on ne connaît pas les autres volumes de la série, car chaque histoire est indépendante.

Les thèmes :

Tour Eiffel – racket – roman historique – voyage dans le passé – enquête – entraide

L’histoire :

Ninon et son frère Paul partent en famille à la découverte de la tour Eiffel. Lors de leurs précédentes visites de monuments, ils ont été précipités dans le passé pour aider un enfant de cette époque. Ces aventures ont été très impressionnantes et les deux enfants ne sont pas prêts à renouveler l’expérience.

Mais ils ne pourront y échapper : à la suite d’une chute, ils s’évanouissent et, à leur réveil, ils se retrouvent bien au même endroit, sur la tour Eiffel… mais en 1889 !

Là, ils rencontrent Gustave, un jeune vendeur de cartes postales. Le malheureux vient de se faire racketter par deux ados qui lui ont volé un stock de cartes. Pour lui qui est très pauvre, c’est une catastrophe !

Ninon et Paul se lancent à la poursuite des racketteurs… sans trop savoir comment ils vont pouvoir agir. Trouveront-ils la solution géniale qui leur permettra d’aider Gustave ?

Un extrait :

« – Qu’est-ce qui va nous arriver ? Eh bien, comme les fois précédentes, nous allons aider un enfant en difficulté, puis nous retournerons à notre époque continuer tranquillement la visite. Rien de dramatique.

– Rien de dramatique ? Tu plaisantes ! On risque nos vies à chaque fois ! On a déjà failli être jetés en prison et se faire attaquer par des bandits !

– Oh là là, tu exagères toujours ! Il ne nous est rien arrivé de tout ça, ça a juste FAILLI nous arriver, c’est très différent. Allez, Paul, courage, tout va bien se passer. Les forces occultes qui nous envoient vont nous protéger, elles ne cherchent pas à nous mettre en danger, ce qu’elles veulent c’est que nous menions à bien notre mission.

J’affirmais cela avec détermination pour rassurer mon frère, comme si j’étais copine avec ces fameuses « forces occultes » et que j’avais la moindre idée de ce qu’elles nous voulaient. Ce qui n’était évidemment pas le cas. »

      * * *

– Ce roman s’adresse à des enfants de 8 à 11 ans. Il est court et l’intrigue est volontairement simple pour s’adapter à de jeunes lecteurs.

– Néanmoins, c’est une aventure pleine de suspense et de rebondissements.

Les héros sont généreux, vifs et débrouillards et les lecteurs n’auront aucun mal à s’identifier à eux.

– Dans ce livre, le frère et la sœur découvrent la vie quotidienne difficile d’un enfant très pauvre de la fin du XIXe siècle. Gustave, le jeune vendeur de cartes postales, est un enfant courageux auquel les lecteurs auront certainement envie de s’attacher autant que Ninon et Paul.

– Les lecteurs vont découvrir un nouveau monument français (qu’ils auront la possibilité de situer sur la carte de France en début de volume).

– À la fin du volume, un quiz présenté de manière ludique et humoristique, permet de resituer le roman dans son époque et de donner des précisions sur quelques thèmes abordés dans le roman.

Les réponses de ce quiz fourmillent de détails et d’anecdotes mêlant humour et histoire.

– Comme dans les autres volumes, le livre se termine par une recette, ici c’est celle du quatre-quarts au citron, « gâteau de voyage » très à la mode à la fin du XIXème siècle.

Cette recette est simple et peut être réalisée seul pour les plus grands, ou avec un adulte pour les plus jeunes.

– Bref, voici un roman qui devrait donner envie de découvrir « en vrai » la tour Eiffel. Et aussi développer chez les enfants le goût de l’histoire.       

                                                                  * * *

– La série « Les enquêtes de Ninon et Paul » comporte déjà quatre volumes :

* Le secret de Chambord

* Des voleurs à Versailles

* Sabotage au Mont-Saint-Michel

* Racket à la tour Eiffel

Deux autres sont déjà écrits et paraitront prochainement :

* Enquête à Carcassonne

* Angoisse aux Hospices de Beaune