Votez pour maman !

eBook – publié sur Kobo et Kindle

2020 – 74 à 96 pages suivant le support électronique

Couverture de Nathanaëlle EB

Un roman pour les 9-12 ans, riche en suspense et rebondissements, sans oublier les touches d’humour… et où, en plus, on apprend plein de choses sur les élections !

 

Les thèmes :

– élections – campagne électorale – amitié en difficulté – relation mère/fille – les femmes en politique – menaces et intimidations

L’histoire :

La mère d’Olympe se présente aux élections pour devenir députée. Mais voici que Robin, un copain d’Olympe, annonce à celle-ci que son père se présente aussi ! Cela va-t-il être un problème pour les deux enfants ? Non ! Ils se jurent de rester amis et de laisser les adultes se débrouiller entre eux.

Hélas, très vite, cette belle résolution vole en éclats ! La pression est trop forte et, entre les deux copains, la guerre est déclarée : c’est à qui trouvera l’astuce la plus diabolique pour aider son parent à gagner coûte que coûte, et Olympe et Robin se découvrent très doués à ce petit jeu ! Mais la campagne électorale ne risque-t-elle pas de se transformer en guérilla ? Les enfants pourront-ils continuer dans cette voie ?…

Un extrait :

– La photo de Fabienne ? Oui, oui, elle est à la page cinq du journal !

C’était encore pire que ce que je craignais. Maman, en gros plan, les yeux exorbités, la bouche grande ouverte, s’apprêtait à engouffrer une énorme part de tarte sous le regard de trois ou quatre joyeux lurons hilares.

J’étais consternée. J’essayais de calculer combien de personnes de ma connaissance avaient pu voir cette photo et j’arrivais à un nombre astronomique. J’ai gémi :

– C’est pas vrai, c’est pas vrai, elle est horrible…

– Qui est horrible ? a demandé Maminou. Ta mère ? Mais, pas du tout, elle est charmante sur cette photo ! Gaie, vivante ! D’ailleurs, mes amies l’adorent, elles voteront toutes pour elle !

– Si c’est à cause de cette photo, elles ne sont pas difficiles !

– Pfff… quelle importance, cette photo ? Ce qui compte, c’est ce que Fabienne propose. Même si elle n’était pas ma petite-fille, je voterais pour elle.

 

–> Ce roman est disponible en eBook, sur les sites suivants :

https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/votez-pour-maman

https://www.amazon.fr/Votez-pour-maman-Chantal-CAHOUR-ebook/dp/B083Y12832/ref=sr_1_1?fst=as%3Aoff&qid=1579345968&refinements=p_n_date%3A838880031%2Cp_lbr_books_authors_browse-bin%3AChantal+Cahour&rnid=545982031&s=digital-text&sr=1-1

 

–> Si vous préférez le format papier, j’ai écrit un autre roman sur le même thème. Vous pouvez le trouver ou le commander chez votre libraire :

Votez Pauline !

Des voleurs à Versailles

Oskar éditeur – 2018 – 109 pages – Série « Les enquêtes de Ninon et Paul ».

Pour les enfants de 8 à 11 ans.

Ce roman fait partie de la série « Les enquêtes de Ninon et Paul ». Il peut être lu même si on ne connaît pas les autres volumes de la série, car chaque histoire est indépendante.

 

Les thèmes :

château de Versailles – voyage dans le passé – enquête – amitié – entraide – roman historique

 

L’histoire :

Pendant les vacances, Ninon et son frère Paul sont impatients de visiter le château de Versailles. Mais après leur visite « extraordinaire » du château de Chambord qui les a fait voyager dans le passé, ils ont un peu peur de revivre cette étrange expérience. Cependant, rien n’y fait, alors qu’ils parcourent la sublime galerie des Glaces, Paul trébuche et entraîne sa sœur dans sa chute.

Quand les enfants reprennent leurs esprits, ils se retrouvent… en 1676 !

Les voici emportés dans une nouvelle aventure pleine de surprises, mais aussi de dangers, dans le domaine royal de Versailles, en compagnie de Perrette, servante d’une princesse.

 

Un extrait :

« L’un des balayeurs s’était approché, il s’est penché vers nous, en nous apostrophant d’un ton sévère.(…)

– Quittez cette terrasse, vous m’empêchez de finir mon ouvrage.

En me relevant et en regardant autour de moi, je me suis aperçue que nous étions au premier étage d’un bâtiment qui ressemblait au château de Versailles. D’ailleurs, les jardins qui l’entouraient étaient bien les mêmes que ceux que nous avions vus par les fenêtres de la galerie des Glaces. Mais celle-ci, où était-elle passée ?

– Monsieur, ai-je demandé timidement au balayeur, pouvez-vous nous indiquer comment rejoindre la galerie des Glaces ?

– La… quoi ?… Qu’est-ce que tu me chantes ? Il n’y a pas de « galerie des Glaces » à Versailles !

Incroyable ! Ce type était vraiment d’une ignorance crasse, s’il ne connaissait même pas le joyau du château où il travaillait ! »

Le secret de Chambord

Oskar éditeur – 2018 – 106 pages – Série «Les enquêtes de Ninon et Paul»

Pour les enfants de 8 à 11 ans

Ce roman est le tout premier de la série «Les enquêtes de Ninon et Paul».

 

– Les thèmes :

château de Chambord – voyage dans le passé – enquête – amitié – entraide – roman historique

 

– L’histoire :

Pendant les vacances, Ninon et son frère Paul visitent le château de Chambord. Émerveillée par la beauté du palais, Ninon rêve secrètement de remonter le temps pour vivre à l’époque de François 1er.

Elle ne pensait pas être si bien exaucée…

Alors que les deux enfants suivent leur guide dans le majestueux escalier central, Paul trébuche et entraîne sa sœur dans sa chute. Quand les enfants reprennent leurs esprits, ils se retrouvent… en 1534 !

Les voici emportés dans une formidable aventure pleine de rebondissements et de découvertes incroyables, dans le château de Chambord, en compagnie de Marco, un jeune serviteur du XVI°  siècle.

 

Un extrait :

« D’une voix tremblante, j’ai demandé au garçon :

– Dis-moi, François 1er, c’est bien au XVI° siècle qu’il a vécu ?

– Que vas-tu raconter là ? Il n’a pas vécu, il vit en ce moment même, grâce à Dieu ! Et oui, évidemment, on est au XVI° siècle, en 1534 plus exactement. Vous êtes vraiment des idiots, si vous ne savez même pas en quel siècle on est!

– En 1534 ? Sous François 1er ? m’a chuchoté Paul. Mais, ce n’est pas possible! Ça voudrait dire que… qu’on est… qu’on est tombés dans le passé ?»

Pas de chance pour Magali !

Oskar éditeur – 2017 – 109 pages – Série « La Bande des Pommiers »

Pour les enfants de 8 à 11 ans

Ce roman fait partie de la série La Bande des Pommiers, et peut être lu même si on ne connaît pas les autres volumes de la série, chaque histoire étant indépendante.

Les thèmes :

Bande de copains – correspondants scolaires –affinités – amitié

L’histoire :

Quelle excitation à l’école de la rue des Pommiers ! Les correspondants de la classe de CM1 arrivent et chacun découvre le sien.

Magali est très déçue : elle qui est active et joyeuse, elle qui adore le foot et le rock, il a fallu qu’elle tombe sur Cindy qui préfère s’asseoir dans un coin pour habiller des mannequins et jouer de la flûte. Et qui, surtout, passe son temps à pleurnicher ! Un vrai bébé !

Le pire, c’est que la maîtresse a prévenu : elle n’admettra pas qu’on ne s’occupe pas de son correspondant ou de sa correspondante. Mais comment faire pour s’entendre, quand on est si différentes ?

Un extrait :

« – Viens, je vais te montrer ma classe. On vous a préparé à boire. Tu aimes le jus de pomme ?

Elle fait non de la tête.

– Ah bon… Ce n’est pas grave, il y a aussi du jus d’orange. Tu préfères le jus d’orange ?

Nouveau signe négatif.

– Oh là là, ce n’est pas de chance ! Bon, tu pourras toujours boire de l’eau…

Là, à ma stupéfaction, elle freine brutalement, me lance un regard désespéré et bafouille :

– Je… j’aime… pas l’eau…

Après quoi, elle éclate en sanglots.

Je rêve ! C’est possible, à neuf ans, de pleurer parce qu’on n’aime pas l’eau ? »

 *************

* Comme les autres romans de cette série, c’est un « livre-citoyen » où les enfants se prennent en charge et gèrent eux-mêmes leurs difficultés, sans tout attendre des adultes.

* Cette histoire est joyeuse et pleine d’humour. Elle aborde avec délicatesse le problème des affinités (ou non) entre enfants.

* Comme les autres volumes de la série, ce roman est écrit au présent, à la première personne et composé de chapitres courts, afin de faciliter la lecture des moins aguerris.

-> Dans la série, « La Bande des Pommiers », vous pouvez lire aussi :

  • Votez Pauline !
  • Pierrick mène l’enquête

Pierrick mène l’enquête

Oskar éditeur – 2017 – 132 pages – Série «La Bande des Pommiers»

Pour les enfants de 8 à 11 ans

Ce roman fait partie de la série La Bande des Pommiers et peut être lu même si on ne connaît pas les autres volumes de la série, chaque histoire étant indépendante.

Les thèmes :

Bande de copains – médiation scolaire – enquête – entraide – relations frère/sœur et entre frères – citoyenneté

L’histoire :

Un médiateur scolaire, c’est un jeune qui aide les élèves de son école à gérer leurs conflits pendant les récréations.

Pierrick s’investit de tout son cœur dans ce rôle délicat, même si les débuts sont difficiles.

Bientôt, il se rend compte que deux des enfants qu’il a aidés, Steve et Justin, ont un comportement étrange. Ils semblent vouloir cacher quelque chose à la police à propos de leur maman. Pierrick et ses copains de la Bande des Pommiers décident d’enquêter discrètement.

Un extrait :

«- Non, mais j’y crois pas ! s’exclame Vincent. Ce n’est pas parce qu’un ballon roule dans la cour qu’il n’est à personne. Je m’entraînais à dribbler et il m’a échappé. Tu es débile ou quoi ?

– Je t’interdis de traiter mon frère de débile ! hurle Steve en attrapant Vincent par le col de son blouson.

Une quinzaine d’enfants fait cercle autour de nous, comme pour assister à un spectacle, et je sens qu’on n’arrivera à rien en restant dans la cour. Je propose :

– Si on allait dans la salle de médiation, pour que vous puissiez vous expliquer calmement ?

– Bonne idée ! approuve Vincent.

Mais Steve s’écrie :

– Encore vos bêtises de médiation ? Jusqu’à quand vous allez fouiner comme ça, à nous embêter sans arrêt ? Lâchez-nous, on va se débrouiller tout seuls !»

************

* Ce roman permet aux lecteurs de découvrir la médiation scolaire, bon moyen de lutter contre la violence et qui responsabilise les enfants.

* Comme les autres romans de cette série, c’est un « livre-citoyen » où les enfants se prennent en charge, sans tout attendre des adultes.

* Dès la deuxième partie, le lecteur est entraîné dans une enquête quasi policière, pleine de suspense et d’émotion.

Malgré le thème grave, l’histoire est tonique et pleine d’humour.

* Comme les autres volumes de la série, ce roman est écrit au présent, à la première personne et composé de chapitres courts, afin de faciliter la lecture des moins aguerris.

-> Dans la série « La Bande des Pommiers », vous pouvez lire aussi :

  • Votez Pauline !
  • Pas de chance pour Magali !

Votez Pauline !

Oskar éditeur – 2017 – 125 pages – Série « La Bande des Pommiers »

Pour les enfants de 8 à 11 ans

Ce roman fait partie de la série « La Bande des Pommiers« . Mais chaque histoire étant indépendante, vous pouvez lire celle-ci même si vous ne connaissez pas les autres.

 

Les thèmes :

bande de copains – élections – Conseil Municipal d’Enfants – handicap – citoyenneté.

L’histoire :

Les élections au Conseil Municipal des Enfants, c’est l’événement de ce début d’année, dans la classe de CM1 de l’école de la rue des Pommiers.

Pauline, l’une des huit enfants de la Bande des Pommiers a bien l’intention de gagner ces élections, soutenue par ses copains.

Mais Douglas, un enfant de sa classe, est prêt à tout pour l’emporter et bientôt la bataille (électorale) fait rage.

C’est à ce moment qu’arrive Nelly, une nouvelle élève, handicapée, qui se déplace en fauteuil roulant.

Pauline et ses copains de la Bande des Pommiers comprennent alors qu’il existe des choses plus importantes dans la vie que de manger ou pas des frites à la cantine !

 

* « Livre-citoyen » par excellence, Votez Pauline !  raconte une campagne électorale à l’échelle des enfants.

Les slogans racoleurs, les propositions et programmes démagogiques, voire les manœuvres malhonnêtes, mais aussi le souci de l’intérêt général, l’appel à la citoyenneté et à la responsabilité, tout y est, comme chez les « grands » !

* L’arrivée de Nelly, clouée dans son fauteuil roulant, marque un tournant dans l’histoire. Les héros (et les lecteurs !) prennent conscience des problèmes que rencontrent les handicapés dans leur vie quotidienne.

* Même si l’on apprend beaucoup sur ce qu’est une campagne électorale et également sur les problèmes quotidiens des handicapés, il n’y a pas de lourdeurs démonstratives dans ce livre.

L’histoire est vive, pleine d’humour et d’enthousiasme et va de surprises en rebondissements.

* Comme les autres volumes de la série, ce roman est écrit au présent, à la première personne et composé de chapitres courts, afin de faciliter la lecture des moins aguerris.

 

Un extrait :

« – Mais comment vous avez toutes ces idées de projet ? Moi, je n’y aurais jamais pensé.

– Tu sais, quand tu commences à ouvrir tes yeux et tes oreilles pour savoir ce qui se passe dans ta ville, les idées viennent d’elles-mêmes, me répond Medhi avec un grand sourire.

– Ouais, c’est bien joli mais, franchement, je trouve que vos projets ne sont pas très fun ! s’exclame Douglas. Moi, si je me présente, je demanderai des trucs plus sympas… je ne sais pas… l’ouverture d’un Mac Do dans le quartier, par exemple. Ou des bonbons gratuits pour les enfants dans les boulangeries. Je suis sûr que tout le monde votera pour moi. Hein, les amis, j’ai pas raison ? »

 

-> Dans la même série, « La Bande des Pommiers », vous pouvez lire aussi :

  • Pierrick mène l’enquête
  • Pas de chance pour Magali

 

Les énigmes du carnet magique

 

OSKAR éditeur – 2015 – 124 pages

Suite de « Fantôme et carnet magique ».

Pour les enfants de 9 à 12 ans.

 

 

Les thèmes :

magie – rêves prémonitoires – amitié garçon/fille – persévérance – générosité

L’histoire :

Lorsque Margaux fait un cauchemar, la catastrophe que celui-ci annonce se réalise peu après. Aussi, le jour où elle rêve qu’une femme tire des coups de feu sur le père de son copain Max, ce dernier sait qu’il doit craindre le pire.

Il a peut-être un moyen d’empêcher le drame mais, pour cela, il lui faudra suivre à la lettre les instructions compliquées d’un carnet magique. Le problème, c’est déjà de les comprendre !

Heureusement, il pourra compter sur Margaux qui ne le laissera pas lutter seul contre le destin.

***

– En mêlant fantastique et vie quotidienne, ce récit permet aux lecteurs de s’identifier facilement aux héros et de rêver à ce qu’eux-mêmes pourraient faire s’ils possédaient les mêmes pouvoirs magiques.
– Cette histoire est pleine de suspense et de rebondissements. À peine une difficulté semble-t-elle surmontée qu’une autre se présente, tenant le lecteur en haleine du début à la fin. L’humour est aussi très présent.
– Mais avant tout, ce roman est une sorte de parcours initiatique, plein d’énergie, durant lequel Max et Margaux grandissent, se découvrent (eux-mêmes et mutuellement), trouvent en eux des forces qui vont leur permettre de résoudre leur problème et même d’aider les autres.
– Autant que de magie et d’aventure, ce livre parle de persévérance et de générosité.

 

– Ce roman est la suite d’une histoire dont la première partie (« FANTOME ET CARNET MAGIQUE ») a été écrite dans le cadre du « Feuilleton » des Incorruptibles.

 

Un extrait :

En ouvrant les yeux, j’ai distingué une forme translucide et vaguement lumineuse, que j’ai tout de suite reconnue. C’était le fantôme de mamie Apollonia. (…) Elle s’est penchée vers moi pour me murmurer :

– N’aie pas peur de ta mission, Max. Si vous avez été choisis, Margaux et toi, c’est que vous êtes des enfants intelligents, débrouillards et courageux.

Fantôme et carnet magique

Oskar éditeur – 2014 – 120 pages

Pour les enfants de 9 à 12 ans

– Les thèmes :

magie – rêves prémonitoires – amitié garçon/fille – persévérance – générosité

– L’histoire :

À sa mort, une vieille voisine lègue à la mère de Max un carnet, une loupe et un collier. Il ne s’agit pas d’un collier ordinaire, celui-ci est magique, il permet de faire des rêves qui annoncent l’avenir ! Plus fort encore, grâce aux instructions du carnet, on peut empêcher que les catastrophes annoncées se produisent.

Le problème, c’est que la mère de Max refuse catégoriquement de croire aux phénomènes magiques.

Et, comme elle est la seule à avoir le droit de porter le collier, c’est forcément elle qui fera les rêves. Mais ensuite, qui acceptera de suivre les étranges directives du carnet ? Pas elle, bien sûr ! Ce sera donc à Max, avec l’aide de sa copine Margaux, de s’en occuper.

Réussiront-ils à surmonter les obstacles qui se mettront en travers de leur chemin ? Parviendront-ils à transformer les malheurs en bonheurs ?

– La particularité de ce roman :

Il a été écrit dans le cadre du « Feuilleton » des Incorruptibles, une activité proposée par cette association.

Tous les quinze jours, de novembre 2013 à février 2014, j’ai envoyé à 12 groupes (classes de CM2 ou 6ème et groupes de Maisons de quartier) un épisode de l’histoire (quelques chapitres).

Les enfants lisaient le texte et réagissaient : en me faisant des remarques, en me donnant des conseils, en me proposant des idées.

Ces interventions m’ont apporté de très utiles éclairages et un précieux soutien tout au long de mon travail. Un grand merci à tous !

Un extrait :

« – Et il racontait quoi, ce rêve ?

– Eh bien, j’étais un aigle. Je volais au-dessus de la ville et je voyais ta classe qui se rendait tranquillement à la piscine. Mais, tout à coup, une voiture arrivait à toute allure, elle ratait son tournant et vous fonçait dessus. Il y avait au moins six ou sept blessés. DONT TOI !… Brrr, ça me fait froid dans le dos, rien que d’y repenser ! Heureusement, ce n’était qu’un rêve …

Pour me donner une contenance, j’avais pris en main mon bol de chocolat. Mais là, sous le coup de l’émotion, j’ai failli le lâcher et je ne sais comment j’ai réussi à le reposer sur la table sans rien renverser.

Ma mère, inconsciente des dangers qui menaçaient son unique et précieux enfant, mastiquait tranquillement sa deuxième tartine, tandis que je luttais pour ne pas lui montrer ma panique. »

Je suis l’aîné et je ne peux compter sur personne

Oskar éditeur – 2014 – 139 pages

Pour les enfants de 9 à 13 ans

– Les thèmes :

Relations grand-mère/petits-enfants – relations frères/sœur – deuil – résilience – animal magique

– L’histoire :

À la mort de leur maman, Aurélien, Bérénice et Corentin sont recueillis par leur grand-mère, Tatiana. Le problème, c’est que celle-ci est généreuse. Trop généreuse ! Elle passe son temps à aider les gens du quartier et oublie de s’occuper de ses petits-enfants. Sur qui retombent alors toutes les corvées ? Sur Aurélien, l’aîné, qui en a gros sur le cœur.

Mais un jour, arrive Cardamine, une stupéfiante petite souris. Non seulement elle sait écrire des messages aux enfants avec ses pattes mais surtout, elle va être capable de les aider dans des situations difficiles et même dangereuses…

– Les ingrédients de cette histoire :

- Trois enfants (Aurélien, Bérénice et Corentin) de 11 ans, 7 ans 1/2 et 3 ans, ébranlés par la mort de leur mère (les parents ont divorcé deux ans plus tôt et le père est parti travailler en Afrique, coupant les ponts avec sa famille).
- Une grand-mère excentrique, Tatiana (elle refuse qu’on l’appelle « mamie » parce qu’elle trouve que ça fait « vieillarde ») qui n’hésite pas à accueillir chez elle ses trois petits-enfants. Mais elle est tellement généreuse qu’elle passe ses journées à aller aider les gens du quartier en difficulté, oubliant de récupérer les petits à la garderie, de rentrer à temps pour préparer les repas, de faire la lessive, etc., bref, de gérer le quotidien d’une famille.
- Une petite souris magique (qui annonce elle-même qu’elle s’appelle Cardamine). Elle est capable :

* d’entrer et sortir de sa cage à sa guise pour mener sa vie.

* d’écrire aux enfants de mystérieux messages avec ses pattes.

* de donner dans ces messages de précieuses instructions pour aider les enfants à se sortir de situations difficiles.

Bizarrement, les messages de cette souris magique exhalent le parfum qu’utilisait la maman. La petite bête serait-elle envoyée par celle-ci, depuis l’au-delà, pour soutenir les enfants désemparés ?

- Un ami de la grand-mère, Léon, qui est aussi son « amoureux transis ». Il lui apporte des bouquets, et aussi des poèmes d’amour glissés dans de jolies enveloppes. Il est solide, attentif et bienveillant à l’égard des enfants.

- Un assortiment de « paumés », bons ou mauvais, qui viennent pimenter et parfois même menacer la vie quotidienne de Tatiana… et donc celle d’Aurélien, Bérénice et Corentin.

– Un extrait  :

« Bérénice, qui n’avait pas encore desserré les dents, a sifflé :
– Super ! Je te remercie. À cause de toi, on s’est fait gronder. Séverine va être en retard à son cours de salsa…
– Et son zamoureux l’est pas content, a ajouté Corentin, boudeur, montrant la voiture qui s’éloignait en faisant crisser ses pneus.

Une grosse bouffée de colère m’est montée à la gorge. J’essayais d’arranger les choses et voilà comment mes frère et sœur me remerciaient !

J’ouvrais la bouche pour répliquer vertement quand j’ai vu les larmes couler sur les joues de Bérénice. Ma fureur est retombée aussitôt et j’ai senti ma bouche trembler. J’avais bien envie de pleurer, moi aussi. Mais voilà, j’étais l’aîné et, si je ne tenais pas le coup, nous allions tous nous effondrer. »

Papy est un rebelle

 

Oskar éditeur – 2013 – 116 pages

Pour les enfants de 8 à 11 ans

 

Les thèmes :

relation intergénérations, chorale, maison de retraite, amour.

 

L’histoire :

Joseph, l’arrière-grand-père de Juliette, ne fait rien comme tout le monde et ne se plie pas volontiers aux règlements.

Aussi, lorsque sa santé l’oblige à partir en maison de retraite, toute la famille craint le pire. Jamais il ne réussira à s’adapter ! Juliette, qui adore son papy, cherche des idées pour l’aider.

Mais la meilleure idée, ce n’est pas elle qui l’aura et ce sera une énorme surprise…

 

Un extrait :

« J’adore Papy, mon arrière-grand-père. C’est lui qui m’a appris à jouer de l’harmonica, à lire des poèmes en mettant le ton, à reconnaître vingt-trois sortes de fromages les yeux fermés, à entonner des chansons en canon, à dessiner des animaux sans les décalquer, à stopper un hoquet en buvant à l’envers, à organiser des courses de limaces dans son jardin et plein d’autres choses encore.

Quand il a eu un accident cérébral et qu’il a été hospitalisé d’urgence, j’ai paniqué. Il avait presque 91 ans, allait-il s’en sortir ? »